Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:38
Source : Capital.fr
 
 
 
Afin de profiter des meilleurs prix, de plus en plus de vacanciers attendent la dernière minute pour réserver leurs vacances. Mais attention, promos ne riment pas toujours avec qualité.

 

Dans son numéro d’été, l’UFC-Que Choisir met en garde les vacanciers qui se fient aux prétendues bonnes affaires affichées essentiellement sur les sites Internet des tour-opérateurs. L’association de consommateurs décortique les mauvaises pratiques. Parmi elles : des prix pour appâter les clients mais jamais appliqués aux dates sélectionnées, des fausses réductions, le tarif de base étant artificiellement gonflé…

La qualité n’est pas non plus toujours au rendez-vous. Lors de séjours à prix cassés vous risquez d’être hébergé dans une chambre minuscule, voire dans une annexe de l’hôtel, et de partir ou d’arriver à des heures très matinales ou très tardives, prévient Que Choisir. Restauration dans l’avion, excursions, navettes sur place, wi-fi, hammam… beaucoup de services sont aussi exclus des formules et facturés au prix fort.

Pour dénicher une vraie bonne affaire, l’association de consommateurs conseille de rechercher sur Internet, pour une même destination, les offres similaires afin de vérifier si la promo est réelle. Evitez les agences non enregistrées en France, car le fonds de garantie en cas de faillite d’un professionnel n’est pas forcément obligatoire. Mieux vaut aussi jeter un coup d’œil aux avis de consommateurs publiés sur les forums des sites indépendants de voyageurs comme celui de l’Association de défense des consommateurs de tourisme de loisirs www.associationsosvoyages.com .

Chantal Masson

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : News - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:34


5 grands mythes alimentaires passés au crible !

Plus de 16.000 études sur la nutrition ont été publiées dans des revues scientifiques en 2011. Il n’est donc pas étonnant que notre compréhension de la nourriture et son impact sur la santé soit en pleine évolution. Ainsi, nous découvrons que des choses que nous prenions pour acquises ne sont, en réalité, pas tout à fait vraies…


1/ Une calorie c’est une calorie : FAUX

Vous l’avez vu, lu et entendu un bon millier de fois : pour maintenir un poids stable, vous devez consommer un nombre précis de calories chaque jour. Une information à prendre avec des pincettes ! Dans une étude réalisée en 2010 sur les aliments et la nutrition, des chercheurs ont mis en évidence le rôle des glucides transformés et non transformés, dans le cadre d’un menu ayant le même apport en calories. Ils ont fait manger à des volontaires un sandwich à base de pain multigrains, et à d’autres un sandwich à base de pain blanc. Les calories dépensées pour digérer le pain multigrains étaient bien supérieures à celles nécessaires pour digérer le pain blanc. « C’est normal » explique Philippe Dibortoli, nutritionniste, « Car lorsqu’on utilise une machine pour dépouiller le son de son enveloppe, c’est une partie du travail que le corps n’a plus à faire. La digestion consomme donc moins d’énergie ».

 

2/ La nourriture est la seule responsable de la prise de poids : FAUX

Interdit dans la fabrication des produits à destination des bébés, voilà une autre bonne raison de ne pas se frotter au Bisphénol-A : de nombreuses recherches menées sur cette substance chimique de synthèse ont démontré son rôle dans la prise de poids, puisqu’il agit sur les cellules graisseuses. Une étude publiée en 2008 dans le journal American Medical Association a notamment mis en avant le fait que les personnes obèses avaient un taux de Bisphénol-A dans les urines de 30 à 77% supérieur aux autres individus. Problème : Le Bisphénol-A est présent dans les boîtes de conserve métalliques, dans les contenants en plastique dur, et même dans les tickets de caisse !

 

3/ Nos corps ne sont pas faits pour perdre du poids durablement : VRAI

Si vous avez déjà perdu du poids, vous avez sûrement été confronté au même problème que beaucoup d’autres gens : la reprise de poids. Vous serez sans doute heureux de savoir que le problème ne réside pas seulement dans votre volonté à maintenir votre poids au plus bas ! « Le corps a un souci constant d’équilibre » explique Philippe Dibortoli, « Quand vous faites quelque chose qui perturbe cet équilibre, votre corps essaie de vous dire de manger plus en modifiant la production d’hormones de la faim ». Ainsi, même plus d’un an après la perte de poids, le taux de ces hormones n’est toujours pas régulé…

 

4/ Toutes les graisses sont mauvaises : FAUX

Un régime faible en graisses peut se révéler un véritable échec dans un objectif de perte de poids. « Pour beaucoup de gens, enlever les graisses revient à enlever ce qui fait grossir. Or, c’est faux. Par exemple, un apport trop élevé en glucides provoque un pic d’insuline qui chute rapidement entrainant finalement une sensation de faim à nouveau, donc ce n’est pas mieux » explique le nutritionniste. Le tout est d’opter pour les bonnes graisses, les matières grasses insaturées, et de réduire sa consommation de matières grasses saturées, qui sont à la fois mauvaise pour le cholestérol et le cœur.

 

5/ Le sucre fait grossir : VRAI

Bien que les experts ne soient pas sûrs du mécanisme exact, le sucre agit tant sur les problèmes de poids que sur le diabète, l’hypertension artérielle, le syndrome métabolique ou les maladies cardiaques. L’Organisation Mondiale de la Santé insiste dans ses nombreuses campagnes pour que les consommateurs réduisent les quantités de sucre ajoutées quotidiennement à leur alimentation. En fournissant des calories vides, pauvres sur le plan nutritionnel, le sucre blanc (mais c’est valable aussi pour le miel ou le sirop), agit sur le corps d’une mauvaise façon. « C’est un problème, quand on sait que 75% des aliments que l’on achète en supermarché contiennent déjà des sucres ajoutés » alarme le nutritionniste. La solution ? « Ne pas rajouter de sucre dans les choses que vous consommez et qui en contiennent déjà, et limitez la consommation de sodas et boissons sucrées ».

 

Rafaële Réal © Pampa Presse

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : News - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:31

L'avenir avec Valentine, sa promise, s'annonçait cossu et rose comme une bonbonnière. Mais Antoine a croisé Mary-Jane. Il n'est jamais trop tard pour dire non à l'ennui !

 

Valentine est issue d’une bonne famille du B***. On s’est rencontrés en 2007. Architecte, j’avais des soucis de permis de construire. J’en touche deux mots à ma nouvelle copine et la voilà qui téléphone au sous-préfet. C’est son oncle. Mes problèmes ont aussitôt fondu comme neige au soleil. Un membre du clan avait toujours la solution. Je me castagnais dans un bar ? Dix minutes de trou et on me relâchait avec des excuses. Je sortais avec la fille de J. R. Ewing. Ces quatre ans sont passés comme dans un rêve. On avait une belle maison avec une suite parentale, un atelier (je fais un peu de BD à côté). Le week-end, on allait au C***, avec toute la famille, les chiens, les gosses. Autour d’un barbecue, on buvait du Campari en échangeant des ragots. Mon désir pour Valentine s’est éteint au bout de six mois.

 

Partir, je n’y songeais pas. Tout était réglé comme du papier à musique.
La deuxième année, j’ai commencé à bosser avec son père sur un gros projet pour ses anciennes poissonneries : une médiathèque. Mon idée. Raymond m’a imposé pour dessiner le bâtiment. Et voilà que j’avais 30 ans et que je demandais Valentine en mariage. La bague m’a coûté un bras. Le soir même, ma fiancée m’a cuisiné un agneau madras en porte-jarretelles. Il a fallu que je la prenne sur la cuisinière. Je la pilonnais en me concentrant sur l’idée de ma médiathèque. L’agneau clapotait dans la casserole. Ce serait ma vie. Et puis j’ai rencontré Valentine – l’autre Valentine…
C’était aux 30 ans de ma promise. J’étais au barbecue. Mince aux cheveux cuivrés, l’inconnue portait des grandes bottes. C’était la nana d’un ami de la fratrie, elle venait de finir une école d’art à Paris. Je lui ai demandé direct si je pouvais la surnommer Mary-Jane, parce que je ne pouvais pas l’appeler Valentine, à cause de l’autre. Ça tombait bien, elle était fan de Spiderman. Quand j’ai vu que les steaks brûlaient, je me suis pincé. Je n’allais quand même pas tomber amoureux d’une autre, soixante jours avant mon mariage, comme dans un film à deux balles ! Et si.

 

J’ai ajouté Mary-Jane sur Facebook.
Ma vie est devenue un enfer rivé à des statuts. On tchatait des heures. On a fini par évoquer nos sentiments. On s’est retrouvés discrétos dans un Buffalo Grill. Là, on s’est dit qu’on s’aimait, vraiment, alors qu’on ne s’était vus qu’une fois. Et j’allais en épouser une autre. Mary-Jane non plus n’était pas libre. Ça s’est passé là, sur le parking du Buffalo Grill. A aucun moment ça n’a été sordide. Au contraire, c’était magnifique. On s’embrassait presque en pleurant. Notre histoire était impossible. Je suis rentré tard, et ça n’a pas raté. Avec Valentine, on s’est engueulés. Pour la première fois je lui ai parlé de notre désert sexuel, de la mainmise de sa famille sur notre couple : un piège. Je n’étais plus certain de vouloir l’épouser. Elle est devenue aussi enragée qu’elle avait été douce : « Si tu me quittes, tu peux dire adieu à ta médiathèque ! » Cette médiathèque, c’était toute ma vie. J’ai dû m’asseoir. A force de menaces, de pleurs, Valentine m’a ramené à la raison. Je n’allais pas détruire quatre ans d’amour pour du sexe de parking. Valentine serait la mère de mes enfants. Mary-Jane, un fantôme qui incarnait ma tentation de fuir, lâchement, comme tous les hommes. Et voilà que je disais tout à Valentine. C’est sorti tout seul. Je hais la dissimulation. Elle est devenue toute verte. Elle m’a fait jurer que je ne reverrai plus jamais Mary-Jane. Sinon, en plus de me faire retirer mon chantier, Valentine ferait jeter ma mère à la rue, ruinerait la réputation de Mary-Jane, raconterait tout à son mec, détruirait sa vie. S’échauffant, Valentine m’a dicté un mail odieux pour « cette pute » : je m’étais moqué de Mary-Jane, jouissant sadiquement de ses illusions. Je n’aimais et ne respectais qu’une seule femme que j’allais épouser devant Dieu le mois prochain. J’ai protesté, supplié, mais Valentine me tenait par les couilles. Pour protéger celle que j’aimais, je devais la torturer mentalement. Trois semaines d’enfer…

 

Ma future belle-famille m’aspirait tel un monstre gluant.
Les confidences d’homme à homme de Raymond, ses maîtresses, ses coups en Bourse, sa morale hypocrite. Gare à moi si je faisais un jour du mal à « Titine ». Ma belle-mère choisissait les prénoms de nos gosses, leur école catholique. L’avocat me harcelait de coups de fil humiliants. Et le traiteur, le fleuriste, la lune de miel, les heures chez le curé… Je croulais sous les félicitations. Ma mère me pleurait dans les bras. Devant le monde entier, je devais simuler une joie béate alors que j’étais comme mort à l’intérieur. Je me dégoûtais. Et qu’est-ce que Mary-Jane devait penser de moi ? Valentine me haïssait.

 

Notre mariage serait une guerre froide. Je les avais perdues toutes les deux.
Mary-Jane avait quitté son mec. Elle était très malheureuse. Je me mangeais les poings pour ne pas courir la voir, lui expliquer. Mais en substance, qu’est-ce que je lui aurais dit ? Que je n’aimais qu’elle et que j’épousais Valentine dans une semaine ? Elle m’aurait méprisé. Mes beaux-parents s’étaient débrouillés pour que le mariage religieux ait lieu avant le mariage civil. Tradition oblige. Dix minutes avant, j’attendais seul comme un con dans les jardins du prieuré. Valentine a déboulé en furie agitant son iPad. « Qu’est-ce que c’est que ça ? ! » L’iPad affichait le profil Facebok de Mary-Jane. On ne voyait pas les infos, juste qu’elle avait changé son nom en Mary-Jane-Malgré-Tout. Sur la photo, Spiderman embrassait sa rouquine à l’envers. Ma fiancée avait flairé qu’il s’agissait de nous. Elle n’aurait jamais dû me montrer ça. Pauvre Valentine. D’une voix blanche, elle m’a dit qu’elle ferait de ma vie un enfer. Elle pensait qu’elle n’avait rien à craindre. La fête, la lune de miel étaient déjà payées. L’église était pleine à craquer de nos parents et connaissances. Le prêtre nous avait tous deux baptisés. Je n’allais quand même pas dire non au curé. Ce serait un scandale à 7 sur l’échelle de Richter. Et soudain, j’y étais. « Acceptez -vous de prendre pour épouse… ? » Je ne me souviens de rien. J’avais quitté mon corps. Le « non » que j’ai prononcé d’une voix très ferme m’est parvenu comme de très loin. Au fond de l’église, un carré de soleil éblouissant se découpait dans la porte ouverte. Les invités étaient tétanisés, comme si un coup de feu avait été tiré. Je n’ai même pas regardé Valentine, tout avait été dit. J’ai offert mon bras à ma mère et ensemble nous avons marché hors de l’église. Ensuite, les représailles ont éclaté. Ça a été sanglant. J’ai presque tout perdu. Et en échange, qu’est-ce que j’ai gagné ? L’amour, le bonheur et la liberté…

Propos recueillis par Estelle McQueen

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:30

Sa dernière collection s'est vendue en 15 minutes.

Monet brings Money

Publié le 12 juillet 2012 - Mis à jour le 13 juillet 2012

 
Kieron Williamson a commencé à peindre il y a quatre ans / Crédit The Daily Mail

Kieron Williamson a commencé à peindre il y a quatre ans / Crédit The Daily Mail

On le surnomme "Mini Monet", car son style rappelle étrangement celui de l'artiste défunt.

A 9 ans, Kieron Williamson est sur le point de devenir millionnaire après avoir vendu sa dernière collection : 24 toiles, pour près de 31 700 euros, lit-on sur The Daily Mail.

Ses tableaux de paysages ont été achetés par téléphone et par internet par des acheteurs du monde entier, en un temps record de 15 minutes.

Pourtant, le petit génie ne prend des leçons de peinture que depuis 2008. Il a débuté pendant un voyage de famille dans le Devon et dans les Cornouailles - avant ce grand tournant, il se limitait à colorier les dinosaures que ses parents avaient dessiné pour lui.

Depuis, ses œuvres font sensation dans le monde, certaines se vendent à plus de 12 000 euros pièce. Parmi les dernières vendues, deux paysages, à 44 260 euros chacun. D'autres œuvres plus mineures, réalisées au pastel - cela ne lui a pris que quelque minutes à les faire - sont parties à 7 600 euros.

Son art a débarqué sur le marché pour la première fois en 2009, lorsque 19 de ses peintures sont parties dans une vente aux enchères, pour environ 18 000 euros.

En juillet 2010, il a exposé 33 de ses peintures à l'huile, à l'aquarelle ou au pastel. Celles-ci se sont vendues en moins d'une demi-heure pour un montant de 190 000 euros. Des acheteurs ont pris l'avion depuis l'Arizona, New York, ou encore l'Afrique du Sud pour se les arracher. Certains fans ont même campé à l'extérieur de la galerie pendant 48 heures, afin d'être sûrs de ne rien manquer de la vente. Pendant ce temps, d'autres enchérissaient par téléphone depuis Tokyo, le Canada ou l'Allemagne.

Sa vente record? Une toile du port de Mevagissey dans les Cornouailles, vendue à 54 000 euros. C'est une compagnie d'assurance qui se l'est offerte, et le tableau est désormais exposé dans leur salle du conseil. 

Avant de rencontrer une tel succès, Kieron vivait avec sa famille dans un appartement loué à deux pas d'une station d'essence, dans la petite ville de Holt (conté du Norfolk). Mais grâce aux gains du prodige, la famille a pu déménager dans un pavillon à 190 000 euros dans le charmant village de Ludham, en banlieue de Norfolk. C'était l'ancienne demeure de son artiste-idole, Edward Seago

Cependant, il faut être patient. Le talentueux garçon ne touchera pas à sa fortune avant sa majorité, que ses parents Michelle et Keith gèrent en son nom.

Madame Williamson, très fière de sa progéniture, a écrit un livre détaillant l'ascension fulgurante de son fils dans le monde de l'art. Le titre: "Kieron Williamson, la révélation - L'histoire remarquable d'un enfant doué pour la peinture".

Avec le football et les devoirs, le prodige peint moins qu'avant, deux ou trois tableaux par semaine, tout de même.

Pour sa mère, il est "très important que son fils garde un équilibre et qu'il s'entende bien avec ses pairs".

Quand on a demandé à Kieron si cela avait un sens pour lui d'avoir gagné plus d'1 million d'euros, il a calmement répondu: "Pas vraiment". Avant d'ajouter: "J'ai envie de visiter d'autres pays pour peindre et expérimenter des lumières différentes. Je veux explorer un peu plus le Norfolk, les Cornouailles et l'Ecosse."

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:24
News publiée Aujourd'hui, Le Dimanche 15 Juillet 2012 à 19:37

Alice Taglioni : 'Je pense que mon fils est heureux, je tâche de m'en persuader'

 

Le 18 juillet, le public pourra retrouver la talentueuse et sublime comédienne Alice Taglioni dans la comédie romantique  Paris-Manhattan de Sophie Lellouche. En plein marathon promo, Alice Taglioni se confie dans les pages de Version Femina. De sa carrière en pleine ascension à sa vie de famille, la comédienne se dévoile sans détour. Aperçu.

Dans Paris-Manhattan, Alice Taglioni incarne Alice, une rêveuse célibataire qui préfère oublier ses déboires amoureux en se consacrant pleinement à sa passion pour Woody Allen. C'est l'enthousiasme de la réalisatrice, persuadée que le rôle était fait pour l'actrice, qui a convaincu Alice Taglioni. Si l'actrice se retrouve dans son personnage - comme elle, elle est "positive, souriante et énergique" -, elle n'est en rien rêveuse et coupée de la vie réelle.

Dans ce long métrage, Alice Taglioni donne la réplique à Patrick Bruel (il incarne Victor, qui pourrait bien bouleverser la vie d'Alice). Tout s'est fait naturellement avec Patrick Bruel, il faut dire que les comédiens partagent tous deux la passion du piano et du poker. Quant à sa rencontre avec le grand Woody Allen, qui participe au film le mettant à l'honneur, elle était impressionnée. "Nous nous sommes mis immédiatement au travail et j'ai alors eu naturellement la même réaction que mon personnage : j'étais muette d'admiration", raconte l'actrice.

A l'aise dans le style qu'est la comédie, elle a envie de poursuivre dans ce genre, quitte à tomber dans le burlesque: "J'ai envie de grossir le trait, d'aller vers un comique de situation avec un personnage presque caricatural." Mais la comédie n'est pas sa seule passion. Diplômée du conservatoire de Paris, Alice Taglioni n'a jamais arrêté le piano. Son rêve serait d'ailleurs de se produire un jour sur scène et dévoiler au public ses compositions !

Comédienne accomplie, pianiste émérite, Alice Taglioni est aussi une femme qui s'assume et une mère aimante. Maman d'un petit Charlie, 3 ans (né de son amour avec son compagnon Jocelyn Quivrin, décédé tragiquement dans un accident en 2009), elle mène de front ses deux carrières : "J'adore autant mon métier que mon rôle de mère." "J'essaie de jongler avec les deux sans trop culpabiliser. Je pense que mon fils est heureux et je tâche de m'en persuader", poursuit l'actrice, qui peut compter sur le soutien de sa maman. "C'est la grand-mère idéale, elle donne sans retenue. J'ai une grande admiration pour elle", raconte Alice Taglioni, très famille.

Celle qui affirme "n'avoir aucun problème à rester avec elle-même" a en tout cas une année bien chargée. Le public pourra la retrouver dans le drame Cookie   ou la reconstruction d'une femme après le deuil de son conjoint, puis dans Zaytoun, film d'Eran Riklis avec Stephen Dorff. Enfin, Alice Taglioni tourne actuellement Colt 45, un polar très noir de Fabrice du Welz.

Paris-Manhattan, le 18 juillet en salles

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:21

 

Le retour, mais dans la discrétion: Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande, qui voulait réinventer le rôle de première dame, est désormais contrainte à la réserve et ne sera au côté du chef de l'Etat que lorsque le protocole l'exigera, ainsi qu'il en a décidé.

"Je considère que les affaires privées se règlent en privé. Et je l'ai dit à mes proches pour qu'ils acceptent scrupuleusement ce principe", a déclaré le chef de l'Etat samedi lors de son intervention télévisée du 14 juillet.

Et d'affirmer que ce principe serait "scrupuleusement appliqué".

Une manière de tenter de clore l'épisode du tweet dévastateur de sa compagne, qui entre les deux tours des législatives de juin avait apporté, via le réseau social Twitter, son soutien au dissident PS Olivier Falorni, adversaire à La Rochelle de Ségolène Royal, la mère des quatre enfants du président.

L'affaire avait fait grand bruit en mettant au jour un imbroglio politico-sentimental, alors même que François Hollande n'avait cessé durant la campagne présidentielle de dénoncer "un mélange des genres" chez Nicolas Sarkozy.

Peu après, la journaliste avait reconnu une "erreur", mais cette semaine, la polémique a été relancée par des propos, publiés dans Le Point, de Thomas Hollande, fils aîné du président, virulents à l'égard de Mme Trierweiler et de son tweet.

"Ca a détruit l'image normale qu'il (François Hollande) avait construite", la situation actuelle "est un facteur d'instabilité... soit elle est journaliste, soit elle a un cabinet à l'Elysée". Des banderilles dévastatrices pour l'image de François Hollande, si bien que le jeune avocat a assuré que certains de ses propos avaient été "déformés".

"Il fallait que François Hollande parle. Il l'a fait de façon précise, nette, carrée, respectueuse et autoritaire", a confié dimanche à l'AFP un proche du président, en ajoutant que les déclarations de Thomas "lui avaient permis de faire un équilibre".

"Je suis certain que le principe édicté" par le chef de l'Etat "sera scrupuleusement respecté" par sa famille, a-t-il ajouté.

Satisfait également de cette mise au point, un autre proche a dit espérer que l'épisode soit désormais "clos".

"Ne pas être une potiche"

Mais quel rôle pour la compagne du président? François Hollande a rejeté samedi tout idée de statut de la première dame. "Il n'y a pas de statut. Valérie veut garder son activité professionnelle. Je comprends. A partir de là, elle sera présente à mes côtés lorsque le protocole l'exigera, ce n'est pas très fréquent", a-t-il dit.

Omniprésente durant la campagne puis lors de l'investiture du chef de l'Etat, comme aucune de celles qui l'ont précédée ne l'avait été, la journaliste avait nourri le souhait de "ne pas être une potiche".

Le 14 juillet, Valérie Trierweiler était donc dans la tribune présidentielle, place de la Concorde, pour assister au défilé militaire. Mais, elle n'a pas accompagné François Hollande lorsqu'il est allé prendre un bain de foule sur les Champs-Elysées et ne l'a pas suivi davantage à l'hôtel de La Marine pour son interview télévisée.

En revanche, elle était à ses côtés samedi à Brest pour la fête maritime "Tonnerres de Brest", et dimanche à Avignon.

"Le défilé, c'est le protocole, les dîners d'Etat aussi, mais à Brest ou à Avignon, c'est un couple qui se déplace et il est normal que la compagne du président soit avec lui", a expliqué un proche.

Quant à ses tweets, Mme Trierweiler a promis la prudence. "Je tournerai sept fois mon pouce maintenant avant de tweeter", a-t-elle ironisé sur BFMTV.

Et s'agissant de sa profession, cette mère de trois enfants, dont deux ont été reçus au bac cette année, entend bien continuer à l'exercer. Dans Paris-Match cette semaine, elle signe un article sur la romancière homosexuelle Jeanette Winterson, dont le dernier roman s'intitule: "Pourquoi être heureux quand on peut être normal?".

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Vie Politique - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:20

 

Marine Le Pen avait pourtant laissé une chance à Madonna, avant de la mettre en garde. Aujourd’hui, le FN, qui a reproché à la "Material Girl" la diffusion, hier soir au Stade de France, d'un clip dans laquelle Marine Le Pen apparaît affublée d'une croix gammée sur le front, a décidé de porter plainte contre la star américaine.

Florian Philippot, le vice-président du parti frontiste a déclaré au site "jdd.fr": "De manière évidente, une plainte sera déposée la semaine prochaine pour injure au tribunal de grande instance de Bobigny", avant d’ajouter: "C'est à la fois une injure très grave à l'encontre de l'intéressée, mais c'est aussi une déclaration de guerre contre une partie de son public, car, même s'il se réduit de jour en jour, il comprend des électeurs de Marine Le Pen".

Selon l’AFP, Florian Philippot a également précisé: "C'est une provocation de plus destinée à lutter contre les difficultés qu'elle rencontre avec son public puisque sa tournée s'apparente à un bide retentissant". Et le bras droit de Marine Le Pen de regretter : "Cette provocation est inadmissible parce qu'elle a recours à la relativisation de choses très graves. Il est de notre devoir de porter plainte pour prendre la défense de nos électeurs et de nos sympathisants", avant de conclure: "On ne peut pas tout accepter. On ne peut pas accepter ce rapprochement infâme".

Anissa Mamèche

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:17

Vendredi 13 juillet 2012 | Posté par Imane Youssfi | Partager

La CGT l'avait révélé l’an dernier, la direction de PSA l'a annoncé ce jeudi : l’usine d’Aulnay-sous-Bois devrait fermer ses portes en 2014. Plus de 3000 employés sont concernés sans parler des nombreux sous-traitants. Sur l'ensemble des sites PSA en France, 8000 emplois sont menacés. Imane s'est rendue sur place pour recueillir la parole des ouvriers. Quels impacts financiers cette fermeture aura sur leur quotidien ?

C’est officiel. L’info est tombée très tôt ce matin : PSA Peugeot Citroën fermera son site d’Aulnay en 2014. Des employés étaient déjà au courant depuis la veille au soir. Ce matin, à l’usine, cette nouvelle a été reçue comme un coup de massue. Un salarié raconte que l’annonce officielle leur a été faite après une réunion, « un briefing » vers 8h du matin : « Vous avez une heure pour l’annoncer à vos familles et après vous reprenez le travail », leur aurait dit la direction du site. Une annonce qui aurait fait « beaucoup de pleurs, de salariés en dépression».

Hassan, embauché depuis 40 ans chez PSA, devait partir en retraite en octobre prochain. Son employeur lui a proposé de la prendre en avance. Il refuse et ne partira pas non plus à l’automne : « Je vais lutter avec mes copains jusqu’en 2014 » déclare-t-il. Lui qui a déjà connu la fermeture des usines de Levallois (Hauts-de-Seine) et de Javel (Paris XVème).

Être ouvrier à PSA, c’est avoir un salaire à peine plus élevé que le SMIC car  même avec l’ancienneté, les salaires n’atteignent pas les 2000 euros. « On n’est pas super bien payé », confie un salarié. « J’ai des factures à payer,  je dois habiller ma fille. Cet été, par exemple, nous ne ne partirons pas en vacances » explique un employé tout en montrant une radio de son dos réalisée après un accident de travail. « J’ai 8 vis dans le dos, je suis tombé par terre. Des personnes qui passaient par-là par hasard m’ont relevé » ajoute-t-il. Reconnu travailleur handicapé, il ne fantasme pas à l’idée de retrouver un nouvel emploi : « En quittant PSA Aulnay, je serai inapte : quel patron voudra bien de moi ? ».

Beaucoup d’entre eux ont contracté des crédits. C’est le cas de Philippe* qui s’est engagé pour 25 ans, à hauteur de 770 euros par mois pour un salaire mensuel de 1500 euros net. « J’ai pris mon crédit juste avant qu’ils annoncent que l’usine allait fermer, mais heureusement j’ai choisi une assurance en cas de perte de mon emploi ». Il a été proposé à des employés de se faire muter à Poissy. Pour Philippe, c’est impossible  :« Je ne pourrai pas aller à Poissy, c’est trop loin. Je sors de chez moi à 5h du matin, fais 80 km aller, 80 km retour pour venir travailler à Aulnay : j’habite à Soissons ».

Selon les syndicats, il serait d’ailleurs impossible de transférer les employés à Poissy : le site serait, d’après eux, déjà en « sur effectif »… Une situation qui inquiète Samir Lasri. Lui-même n’a pas de crédit mais il se soucie de la situation de ses collègues : « Si on n’a pas de salaire, on va les payer avec quoi nos crédits, avec des œufs ? ».

Pour lui, cela devient très préoccupant : « C’est la misère sociale, la gauche ne fait rien du tout, mais je ne vais pas me suicider parce que l’usine va fermer… ». A ses côtés, trois jeunes : l’un a 30 ans, un autre, 28, et le troisième 19 ans. Leur propos sont guère plus nuancés :« Y’a pas de boulot dehors, comment tu veux qu’on nourrisse notre famille ? » et craignent un « retour à la délinquance ». « PSA c’est un monument en Seine-Saint-Denis. Y’en a plein qui ne pourront pas se relever. Personne ne sera logé à la même enseigne. Il faut voir ça au cas par cas. PSA, c’est à nous, c’est une petite famille ».

Le parking est plein à craquer. Les organisations syndicales prennent la parole tour à tour. « Ils nous ont pourri nos vacances », peut-on entendre assez régulièrement. Ils sont déçus de François Hollande, d’Arnaud Montebourg : « Hollande a dit « Le changement c’est maintenant » mais il n’a rien changé ! ». « Monsieur Hollande, vous êtes un menteur ! Vous n’avez pas tenu votre parole »,  ou encore « Droite ou gauche au pouvoir, c’est la même !». Le maire d’Aulnay-sous-Bois, Gérard Ségura, en prend aussi pour son grade : « Vous êtes un menteur, tout ce que vous cherchez, c’est un deuxième mandat ! ».

L’ensemble des syndicats ont décidé de reprendre la main en organisant une journée de grève à la rentrée, le 11 septembre. Les vacances risquent d’être difficiles, très difficiles…

Imane Youssfi

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : News - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:14

 

Le criminel nazi le plus recherché au monde Laszlo Csatary, âgé de 97 ans et accusé de complicité dans la mort de 15.700 juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale, a été retrouvé à Budapest, a indiqué dimanche le directeur du bureau du centre Wiesenthal en Israël.

"Je confirme que Laszlo Csatary a été identifié et retrouvé à Budapest", a déclaré à l'AFP Efraim Zuroff. "Le (quotidien britannique) Sun a pu le photographier et le filmer grâce à des informations que nous avions fournies en septembre 2011", a-t-il ajouté.

Le quotidien britannique a annoncé dimanche sur son site en ligne que le criminel de guerre nazi hongrois le plus recherché au monde "a été identifié et retrouvé" dans la capitale hongroise.

"Il y a dix mois, un informateur nous a donné des renseignements qui nous ont permis de localiser Laszlo Csatary à Budapest. Cette informateur a reçu la prime de 25.000 dollars que nous accordons contre des informations permettant de retrouver des criminels nazi", a expliqué M. Zuroff dans un entretien téléphonique à l'AFP.

Il a ajouté que les informations sur la localisation avaient été transmises en septembre 2011 au Parquet de Budapest.

Le Procureur adjoint de la République à Budapest, Jenö Varga, n'a pas été en mesure de confirmer l'information, se bornant à déclarer dimanche: "Une enquête est en cours. Le Parquet étudie les informations reçues".

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : News - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 15 juillet 2012 7 15 /07 /Juil /2012 21:11
Décès de Sage Stallone : des révélations contradictoires et glauques ! © Abaca
L ’histoire était déjà sordide, elle le devient encore plus à la découverte de ses détails.

En effet, hier nous apprenions le décès de Sage Stallone, 36 ans, premier enfant que le comédien que Sylvester Stallone avait eu avec son ex-femme Sacha Czack. Selon TMZ qui rapportait les faits, le jeune homme serait malheureusement décédé d’une overdose de médicaments. Fin du dossier ? Non !

La presse américaine continue son enquête et les dernières révélations en date sur Sage Stallone font froid dans le dos. Ainsi, selon TMZ, Sage, qui a été déclaré mort vendredi, serait peut-être réellement décédé trois à quatre jours auparavant sans que personne ne s’en aperçoive. Toujours selon TMZ, ce dernier vivait reclus comme un ermite, dans un endroit sordide. Des mégots de cigarettes au sol, des cannettes de bière, des restes de nourritures… le lieu de vie du fils de Sylvester Stallone était, selon un proche de l’enquête "dégoûtant" et il en émanait un "mélange d'odeurs écœurant".

Mais ces nouvelles révélations se heurtent avec la défense de la famille Stallone. En effet l’avocat et ami de longue date de Sylvester, George Braunstein, a tenu à nier publiquement tout en bloc. Selon lui, Sage était un jeune homme "très sensible et très talentueux" et il n’y a eu "aucun signe avant-coureur que quelque chose n’allait pas dans sa vie". George Braunstein décrit Sage Stallone comme une personne indépendante qui cultivait une vraie passion pour le cinéma. "Il savait tout sur les films. Il était une encyclopédie vivante du cinéma", explique-t-il, avant d’ajouter que Sage Stallone était proche de ses parents. Il ajoute également que Sage travaillait actuellement sur un projet cinématographique et qu’il avait l’intention d’épouser sa petite amie, à Las Vegas, très prochainement.

Bref, ces deux versions du défunt sont en totale opposition et laisse planer de nombreux doutes qui seront peut-être un jour éclaircis… ou pas !

Sage Stallone était apparu sur grand écran aux côtés de son père dans le film Rocky V. Il y jouait le rôle de Robert Balboa Jr.

Pour rappel, Sylvester est également père de quatre autres enfants : un fils, Seargeoh, 33 ans, frère de Sage souffrant d'autisme, et trois filles, Sophia Rose (15 ans), Sistine Rose (14 ans) et Scarlet Rose (10 ans), nées d’une autre union.

AL

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 juillet 2012 2 10 /07 /Juil /2012 11:50
La Sexion d'Assaut règle ses comptes en répondant directement à JoeyStarr qui a provoqué le groupe de rappeurs lors de son passage sur la scène du festival Solidays le 24 juin dernier. Si Joey considère que les membres de Sexion d'Assaut sont "huit pour un neurone", ces derniers le voient comme... "un vieillard frustré" ! Ambiance.
Crédits photo : ABACA
Dans son nouveau clip "Ma direction", c'est avec les journalistes que la Sexion d'Assaut règle ses comptes, allusion directe à la censure de leur musique en 2010 suite aux propos homophobes tenus par l'un des membres du groupe. La page est tournée, les rappeurs s'étant depuis excusés, mais ils s'en prennent désormais à JoeyStarr, qui n'y est pas allé de main morte non plus lors de sa prestation au festival Solidays auquel il participait le 24 juin.

Durant son concert, le rappeur aurait déclaré : « ils sont huit pour un neurone ! ». Une phrase que JoeyStarr avait déjà prononcée lors d'une interview accordée au Nouvel Observateur en 2011 mais passée inaperçue. Dans les différentes vidéos amateurs de cette prestation à Solidays, on entend le rappeur faire directement référence à la Sexion d'Assaut, critiquant l'ambiance "morne" de ses concerts : « Y a du monde ou quoi ? Bon, c’est bien ce que je disais, on dirait un concert de Sexion d’Assaut ! » déclare-t-il.


"JoeyStarr ? Un vieillard frustré qui vit encore dans le passé !"


Des propos dont la Sexion d'Assaut a pris note, lui répondant via Twitter durant le week-end. C'est plus particulièrement Maître Grims qui s'est exprimé sur la Toile, comparant le succès que rencontre actuellement l'album "L'apogée" de son groupe et l'absence totale de JoeyStarr des charts, bien que son dernier album "Ego Maniac" soit sorti à la fin de l'année 2011 : « JoeyStarr est un vieillard frustré qui vit encore dans le passé, on est bientôt en 2013, ça se passe sur iTunes et je ne le vois pas dans le top [...] Concentre toi sur ta carrière d'acteur ça peut le faire, niveau musique tu n'es plus dans le coup imbécile ». JoeyStarr s'est effectivement fait remarquer l'an dernier pour son interprétation d'un policier en pleine introspection dans le film "Polisse" de son ex-compagne Maïwenn. Quant à Barack Adama, un autre membre de la Sexion d'Assaut, il considère que « JoeyStarr est un vieillard frustré, meilleur acteur que chanteur. En y repensant je pense que c'est un abruti » ajoute-t-il.

Regardez la vidéo de JoeyStarr au festival Solidays (24 juin) :



La sanction tombe comme un couperet ! D'autant que l'album "Ego Maniac" de JoeyStarr n'a pas brillé dans les charts. Il n'a compté qu'une semaine de présence dans le top ten des ventes et s'est éclipsé du Top Albums fusionné après cinq mois d'exploitation. A titre de comparaison, "L'apogée" de Sexion d'Assaut est n°1 des ventes pour la cinquième semaine consécutive, compte déjà deux tubes ("Avant qu'elle parte" et "Ma direction") et s'est écoulé à 285.000 exemplaires en trois mois. Un franc succès que JoeyStarr ne rencontre plus que dans les salles de spectacles et dans les salles obscures : "Polisse" compte plus de cinq millions de spectateurs. Le rappeur est apparu dans deux autres films depuis : "L’amour dure trois ans" et "Nuit blanche".
Jonathan HAMARD
Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 juillet 2012 2 10 /07 /Juil /2012 11:47
Par Philippe Barbot | C'est ma tournée ! – jeu. 28 juin 2012

 

Marvin, John, Tupac...

L'information est restée discrète chez nous, distance et culture obligent.  Il y a une dizaine de jours, l'une des chanteuses les plus populaires au Pakistan, Ghazala Javed, 24 ans, surnommée Miss Pooja, a été assassinée en pleine rue.

 

Ghazala Javed

Le drame s'est déroulé à Peshawar, l'une des grandes villes du nord du pays : alors que la jeune femme sortait d'un salon de beauté en compagnie de son père, deux hommes à moto l'ont criblée de balles avant de prendre la fuite. Les auteurs du meurtre n'ont pas encore  été retrouvés et si la police soupçonne une vengeance familiale (la chanteuse venait de demander le divorce d'avec un influent homme d'affaires), certains observateurs locaux émettent une autre hypothèse : la chanteuse avait reçu à plusieurs reprises des menaces venant des milieux islamistes. Ghazala Javed avait déjà enregistré plusieurs albums en langue pachtoune et était devenue une sorte de symbole féministe.

Les crimes dont sont victimes les chanteurs, qui, jusqu'à preuve du contraire sont des  êtres humains comme les autres, suscitent toujours une très vive émotion. Comme si ôter volontairement la vie à un artiste était un acte sacrilège, d'avantage par exemple que s'il s'agissait d'une personnalité politique. C'est que les musiciens conservent une place à part dans une société qui a tendance à les considérer comme d'inoffensifs troubadours dont la mission sur terre consiste surtout à répandre des mélodies et donc du bonheur.

 

On se souvient évidemment de l'assassinat de John Lennon, et du traumatisme international qu'il a causé. Du pionnier de la soul Sam Cooke, tué par la gérante d'un motel, à Marvin Gaye, assassiné par son père, en passant par le  bassiste virtuose Jaco Pastorius, massacré par un portier de discothèque, ou Peter Tosh, légende du reggae, victime d'un règlement de comptes, ils sont plus nombreux qu'on ne croit les artistes disparus dans des circonstances tragiques et violentes.

 

Lounes MatoubDes circonstances parfois politiques : Lounès Matoub, artiste kabyle, militant pour la démocratie et la laïcité en Algérie, a été assassiné en 1998 dans des conditions demeurées mystérieuses. Comme Cheb Hasni, star du raï algérien, dont le meurtre en 1994 n'a jamais été élucidé.

 

Victor Jara, chanteur chilien membre du parti communiste qui n'avait cessé de dénoncer la dictature et le fascisme, a été emprisonné, torturé et mis à mort  dans les geôles militaires, en 1973. Des voix, cette fois nullement inoffensives, qu'il fallait à tout prix faire taire…  

 

Suzanne Tamim

Meurtres en tous genres… La chanteuse libanaise Susan Tamim retrouvée égorgée dans son appartement de Dubaï, en juillet 2008.  Lucky Dube, star du reggae sud africain, flingué par des voleurs de voitures en 2007 à Johannesburg.  Le rappeur Tupac Shakur victime d'une guerre de gangs, tout comme son collègue  Notorious B.I.GDarrell Abbott, ex-guitariste du groupe de heavy metal Pantera, abattu sur scène par un fan déséquilibré. Selena, reine de la musique tex-mex, assassinée par la présidente de son fan club. Sirima, chanteuse française d'origine skri-lankaise découverte par Jean-Jacques Goldman, poignardée par son petit ami, en 1989…

 

Cette funèbre liste des chanteurs tombés au champ d'horreur est hélas loin d'être exhaustive. En Afrique, on dit qu'un vieillard qui meurt, c'est une bibliothèque qui brûle. Un artiste qui disparaît, serait-ce un ange de plus ?

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 juillet 2012 2 10 /07 /Juil /2012 11:45
Par Philippe Barbot | C'est ma tournée ! – ven. 6 juil. 2012

 

 

PlaceboIl affirme que ça a ruiné sa vie, qu'on l'a montré du doigt, moqué, insulté, qu'il a du quitter l'école, puis perdu son travail, bref, que son existence est un enfer. Il s'appelle David Cox et il est involontairement célèbre depuis qu'il a posé sur la pochette du premier album de Placebo. Le cliché, un petit garçon grimaçant dans un pull trop grand, date de 1996. Prise par le cousin du bambin, la photo fit le tour du monde en raison du succès du groupe. Seize ans après, le mioche en question devenu grand se rebelle : le voilà qui porte plainte contre Brian Molko et sa maison de disques, pour usage abusif de son image. C'est vrai qu'à l'époque, on ne lui a pas demandé son avis avant de l'exhiber ainsi dans les bacs de disques. Mais voilà une bien curieuse initiative pour quelqu'un qui, si on l'en croit, ne recherche plus que l'anonymat…

Dans l'histoire des pochettes de disques du rock, on a souvent utilisé des images d'enfants. Le plus célèbre exemple demeure celui de Spencer Helden, le bébé sous-marin de "Nevermind", l'album de Nirvana, en1991. Mais l'aquatique bambin ne s'en est jamais plaint. Au contraire, "des millions de gens m'ont vu nu, je suis la plus célèbre porn star du monde" plaisante-t-il régulièrement dans les nombreuses interviews qu'il a données à ce sujet. Tout en ajoutant qu'il n'a jamais rencontré le groupe, ni touché aucune royaltie pour la photo, ses parents ayant simplement reçu la modique somme de 200 dollars.

U2, Nirvana, Van Halen

Autre exemple, celui de Billie Joe Campbell, la petite fille qui a illustré la pochette du premier album de Violent Femmes, en 1982. Aujourd'hui styliste de mode, elle affirme qu'elle est très fière de cette photo et que chaque fois qu'elle va dans un magasin de disques, elle vérifie que l'album y est bien :" C'est quand même mieux que d'être sur une pochette de Britney Spears, non ?"  Oui.

Justine Ferrara, elle, la fillette sur la balançoire qui a servi de menaçante pochette à l'album de Korn, en 1994, s'en fout. En plus, elle n'a jamais aimé le groupe…

Peter Rowen, le petit garçon sur l'album "War " de U2, en 1983, petit frère d'un copain de Bono, est aujourd'hui devenu photographe professionnel et travaille souvent pour… U2.

Le bébé ange de l'album de Van Halen, en 84, un certain Carter Helm, n'a jamais fait parler de lui depuis. En revanche, la photographe, Margo Nahas, a expliqué que les cigarettes du cliché, qui avaient choqué certains, étaient en chocolat.

Fat Boy Slim, Smashing Pumpkins, Korn, Violent Femmes

Plus mystérieuses sont les deux petites filles qui posent sur la pochette de "Siamese Dream", l'album des Smashing Pumkins, en 93. Billy Corgan, le leader du groupe avait même passé une annonce pour tenter de les retrouver, avant que sa propre bassiste, Nicole Fiorentino, finisse par avouer qu'elle était l'une d'entre elles. "J'avais peur qu'on ne me prenne pas dans le groupe si on l'avait su" a-t-elle déclaré plus tard dans une interview.

En revanche, le jeune garçon qui illustre l'album de Fat Boy Slim, "You've come a long way baby" en 98, demeure un mystère. On n'a jamais retrouvé sa trace, la photo, anonyme, ayant été dénichée dans le stock d'une agence. Si vous le croisez dans la rue, ne lui dites surtout pas qu'il pourrait faire un procès…

 

(sources : mtv. com, upvenue.com, slate.com)

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 juillet 2012 2 10 /07 /Juil /2012 11:44

En plein divorce, Katie Holmes et Tom Cruise font front commun. Selon TMZ, le duo vient tout juste de trouver un accord sur leur séparation et les papiers auraient même été signés. "Cette affaire est réglée et l'accord a été signé. Nous sommes très heureux pour Katie et sa famille. Nous remercions Tom pour son professionnalisme et sa bonne volonté qui nous ont permis d'accélérer les choses", a déclaré l'un des avocats de Holmes. TMZ ajoute que l'accord prévoit des contacts réguliers entre Suri et son papa.

Quelques minutes plus tôt, les deux comédiens avaient fait paraître un communiqué pour faire taire les rumeurs : non, ils ne se déchirent pas, au contraire, ils veulent trouver la meilleure des solutions pour le bien-être de leur fille Suri, 6 ans.

"En tant que parents, nous nous engageons à travailler ensemble dans l'intérêt de notre fille, Suri. Nous voulons que cette affaire reste une affaire privée et nous respectons mutuellement nos croyances et visions respectives. Nous nous supportons mutuellement dans le rôle de parents", ont relayé les avocats de Katie et de Tom.

Un communiqué qui est venu balayer les pires rumeurs sur la séparation du couple, rendue publique il y a tout juste deux semaines. Nous savions déjà que les deux acteurs multipliaient les rendez-vous avec leurs avocats afin de trouver un arrangement sans passer par le tribunal, et il semble que les choses se déroulent bien mieux qu'on ne pourrait le croire.

Suri et Katie Holmes ont d'ores et déjà emménagé dans un nouvel appartement new-yorkais, dans le très cosy quartier de Chelsea et Katie semble avoir tourné la page. La belle brune a des projets à foison et sort tous les jours avec sa fillette pour lui changer les idées.

Il s'agit du premier divorce pour Katie Holmes, 33 ans, et du troisième pour Tom, qui vient de fêter tristement son cinquantième anniversaire.

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 juillet 2012 2 10 /07 /Juil /2012 11:38

J'ai testé pour vous

 

Le  fer à lisser L'Liss

 

Et c'est prodigieux !

 

 

 

EXCLUSIF !! C'EST LES SOLDES !!

 

POUR TOUTES LES LECTRICES D'OVERGROUNDPARIS:

 

10 % de réduction

 

sur l'achat d'un lisseur L'LISS grand modèle

 

ou d'un pack complet L'LISS grand modèle + mini L'LISS

 

Code Promo : OGP

sur www.hairissime.com


  2.jpg

 

 

Pourquoi j'ai choisi le fer à lisser L’Liss ?

 

J'ai les cheveux frisés et très épais (impossible à coiffer !!!)... et évidemment je rêve de brushing parfait.

Voilà ce qui m'a plu chez le L’Liss :


1. Le revêtement en céramique Nano Ag+
Les plaques en céramique diffusent une chaleur constante et assurent un parfait lissage des cheveux, sans les abîmer, qu’ils soient frisés, ondulés, fins ou raides. Leurs propriétés réduisent l’électricité statique et rendent mes cheveux plus doux, brillants et soyeux, tout en éliminant les frisottis. Votre lissage dure 2 fois plus longtemps qu’avec un lisseur classique. Leur action est renforcée par la peinture Nano Ag+ (qui permet de travailler le cheveu sans le bruler.

2. Les plaques flottantes
Elles maintiennent souplement mes mèches pendant le coiffage, sans les écraser.

3. Le variateur de chaleur
Réglable grâce à la molette, la température varie de 80 à 220° sur le grand modèle et de 80 à 110] sur le petit modèle, et chauffe en 2 fois moins de temps qu’un lisseur classique.

 

4. Le double peigne amovible
Il s’adapte directement sur le lisseur et pemet de maintenir mes mèches rebelles pendant le coiffage pour un résultat optimisé.

5. Le cordon rotatif 360° d’une longueur de 3 mètres
Il simplifie la maniabilité du lisseur. Le cordon ne s’entortille plus et suit mes mouvements pendant son utilisation. 

6. Les 2 formats de fer à lisser
Le lisseur L’Liss existe en grand modèle et également en petit modèle, idéal pour les retouches ou les cheveux courts. Chaque lisseur I’iss est étudié pour faciliter sa prise en main et sa manipulation tout en assurant un maintien et une sécurité optimales.

 

En plus il a été élu produit de l'année par les Victoires de le Beauté 2011-2012.

 

et je ne suis pas la seule à avoir aimé...



LE-IT-BLOG.COM

BLOG.VICTOIRESDELEBEAUTE.COM

DOCTISSIMO.FR

MINUTEFACILE.COM

YOUTUBE.COM

Par RT par Marie-Celine Somolo - Publié dans : Don't believe the hype... - Communauté : urban life
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Qui ? Que ? Quoi ?

OverGroundParis est un zapping quotidien non-exhaustif et franchement partial de l'actualité politique et sociétale du net en lien direct avec les sites les plus overground du moment : huffingtonpost, lemonde, yahoo, libé, doctisimo, elle, Rue89... 

Seule touche underground, l'édito de l'onglet "AAA" assuré par le link amical de l'excellentissime gratuit redux.fr, meilleur mag sur la culture urbaine, soigneusement peaufiné par Erwann "R 1" Lameignère.

Enjoy.

 

mes liens favoris

Recherche

Partager

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés